Le théorème des Katherine; John Green

Publié le par Hagel

Le théorème des Katherine; John Green
Le théorème des Katherine; John Green

Un livre juste époustouflant. Comment le décrire autrement ? Longtemps après l'avoir lu, mon avis ne change pas : c'est un livre merveilleux ! Encore un point pour John Grenn ! Ce roman raconte l'histoire d'un surdoué dépassé par les événements, Colin. Ce Colin va partir en voiture sur un coup de tête, avec un ami, et ils vont voguer au gré de leur envies, sans se soucier de règles, d'interdiction et du temps qui passe. Leurs parents ont acceptés, un peu à contre-coeur, mais ceux de cet ami y ont ajouté une condition : il doit trouver un petit boulot s'il veut rester longtemps loin de sa maison familiale. Aussi, quand ils s'arrêtent pour dormir dans un village paumé et qu'une femme leur propose de travailler pour elle, ils acceptent. Leur travail consiste à recueillir des témoignages parmi les habitants de la petite ville, ce qui n'est pas trop compliqué. Avec eux vient la fille de cette dame, et une grande partie du livre part d'elle, de Linsey Lee Wells, comme elle s'appelle. Le plus intéressant, comme toujours, est la remise en question et l'évolution psychologique des personnages, surtout de Colin. Les trois amis (Linsey comprise) mènent aussi une enquête en rapport avec la mère de Linsey, l'employeuse de Colin et de son ami. Un roman parfait, avec une atmosphère de petite ville paumée dans les États-Unis et des personnages magnifiques, des touches d'humour à chaque coin de page... Le seul défaut de ce livre ? Il est beaucoup trop court...

Résumé :

"Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux. Dix-neuf fois la fille s'appelait Katherine. Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy et surtout pas Catherine, mais KATHERINE. Et dix-neuf fois, il s'est fait larguer."

Ce serait un crime que de ne pas le lire !

Sacha Sqy

PS : Je tiens à préciser, car ce n'est peut-être pas très clair, les Katherine sont toutes différentes, sauf une, ce ne sont jamais les mêmes, ce sont des personnes séparées.

Commenter cet article